a
LA FERME DU FAASCHT
Une entreprise agricole au cœur d’une économie circulaire pour une vision durable de l’agriculture.
+32 63 22 56 58
info@fermedufaascht.be
 

La ferme

Des méthodes de cultures et d’élevage raisonnés

Nos activités agricoles

La durabilité de l’exploitation ne repose pas uniquement sur la production d’énergie renouvelable mais passe aussi par des méthodes de cultures et d’élevage raisonnés.

C’est pour cette raison que nous avons opté pour certains choix : une alimentation des troupeaux  basée essentiellement sur l’herbe et sur des cultures protéagineuses autoproduites, l’élevage d’une race française plus rustique : la Parthenaise et la mise en place de mesures agro-environnementales et climatiques sur l’ensemble des terres de l’exploitation.

Le troupeau laitier

Au niveau de la ferme, le troupeau principal est le troupeau laitier.

Nous trayons plus ou moins 90 vaches de race Holstein grâce à deux robots de traite installés il y a quelques années.

Outre l’aspect confort de travail, cet outil nous permet également d’améliorer la durabilité du système. Via le robot, nous avons accès à une grande source d’informations sur la qualité du lait et la santé de la vache. Cela nous permet d’ajuster son alimentation et de pouvoir soigner la vache de manière préventive.

C’est également un plus au niveau du bien-être animal car la vache va d’elle-même se faire traire en fonction de ses rythmes biologiques. On remarque ainsi une activité nocturne importante.

Et comme beaucoup nous le demande : oui, les vaches continuent de sortir en prairie !

Tous les 3 jours la majeure partie de notre lait est acheminée vers la Laiterie des Ardennes à Recogne.

Une autre partie de notre lait sert depuis peu à la fabrication de fromages locaux via la Coopérative de la Côte Rouge que nous avons créée en 2018 avec d’autres agriculteurs et citoyens soucieux de rétablir un lien producteur-consommateur.

 Le troupeau viandeux

Depuis, la reprise de l’exploitation en 2016, nous avons opté pour un changement de race.

Notre volonté était de produire de la viande avec une race qui valorise mieux les fourrages plus pauvres comme l’herbe et qui vêle sans intervention humaine.

Cette race, c’est la Parthenaise ! Une race peu connue mais qui offre tous ces avantages en plus d’une viande ultra savoureuse.

Elle nous vient de la région de Poitiers en France et était en voie de disparition début des années 90. C’est grâce à ses qualités bouchères que la race a repris du terrain et continue de gagner en notoriété.

Une alimentation essentiellement basée sur l’herbe

Prendre le parti de l’herbe, c’est s’engager dans une voie qui n’est pas celle du productivisme.

Nourrir ses vaches à l’herbe signifie que l’on trait moins de litres de lait par vache mais ce manque de production est plus que compensé par une diminution des achats d’aliments.

Par ailleurs, le constat est bien réel : une vache nourrie à l’herbe est en meilleure santé. Elle développe moins de mammites, présente moins de problèmes au niveau des pattes ou de complications au vêlage.  C’est donc  aussi une manière pour nous, agriculteurs, d’être moins dépendants des prestataires de service en nutrition, en soin vétérinaire etc.

La production d’herbe c’est  aussi un choix plus écologique.

A l’heure où la pensée globale véhicule des idées pernicieuses  selon lesquelles le végétarisme serait plus écologique, il est temps de rétablir la vérité sur une réalité bien différente !

La prairie, et donc notre système d’élevage qui la préserve et la valorise, remplit de nombreux services écologiques :

  • favorise la biodiversité : plusieurs variétés de plantes sur une prairie.
  • préservation des sols : taux d’humus, biodiversité des sols, etc.
  • rôle positif dans la lutte contre l’érosion, les inondations, etc.
  • stockage de CO² : 1 ha de prairie capte 495 tonnes CO²/an dans le sol, ce qui correspond à l’émission de méthane d’une vache pendant 200 ans ! Plus on entretient la prairie, via l’élevage mieux elle va pouvoir jouer son rôle de captation du carbone.
  • préservation de la biodiversité des espèces végétales et animales.
  • préservation des paysages, souvent plus structurés (haies, arbres, etc.) et du cadre de vie.

Membre de La Vache Heureuse, nous continuons de rechercher à améliorer le système afin d’augmenter notre autonomie fourragère et nos pratiques agricoles pour la conservation des sols.